Page facebook de l'UVHC Twitter de l'UVHC Linkedin de l'UVHC Instagram de l'UVHC PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

Ces travaux ont réuni plusieurs laboratoires et équipes de recherche, au niveau national et international, dont l'IEMN - Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (CNRS/Université de Lille/Isen Lille/Université Valenciennes Hainaut-Cambresis/Centrale Lille).

La dégradation d'une fibre de l’ADN

Exposée à un rayonnement ionisant thérapeutique, la dégradation d’une fibre d’ADN vient d’être observée pour la première fois en temps réel.Exposée à un rayonnement ionisant thérapeutique1, la dégradation d’une fibre d’ADN vient d’être observée pour la première fois en temps réel.

Grâce à une nanopince en silicium, les chercheurs ont en effet pu mesurer la réponse mécanique de fibres d’ADN directement sous le faisceau ionisant. Ces données ont été couplées à une modélisation qui relie l’élasticité de la fibre d’ADN au taux de cassures induits dans la fibre par l’irradiation.

Elles permettent d’entrevoir des traitements de radiothérapies spécifiques pour chaque patient avec un suivi des conséquences de chaque irradiation.

Ces travaux ont été menés par

  • des chercheurs du LIMMS (CNRS/Université de Tokyo)
  • du centre Oscar Lambret de l’université de Lille
  • et de l’IEMN (CNRS/Université de Lille/Isen Lille/Université Valenciennes Hainaut-Cambresis/Centrale Lille)2

Ils sont publiés dans "Nature microsystems & nanoengineering" le 5 décembre 2016.

Exposée à un rayonnement ionisant thérapeutique, la dégradation d’une fibre d’ADN vient d’être observée pour la première fois en temps réel.La nanopince en silicium maintient la fibre d’ADN en résonance mécanique. Lorsque la fibre d’ADN est soumise au rayonnement thérapeutique du Cyberknife, des cassures sont créées dans l’ADN. La rigidité mécanique de la fibre est altérée ce qui se traduit par une réduction de la fréquence de résonance du système. Cette fréquence est mesurée en temps réel et donc durant l’irradiation. © Dominique Collard / Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS – CNRS/Université de Tokyo).


Référence :
Real-time mechanical characterization of DNA degradation under therapeutic X-rays and its theoretical modeling. Grégoire Perret, Thomas Lacornerie, Fabio Manca, Stefano Giordano, Momoko Kumemura, Nicolas Lafitte, Laurent Jalabert, Mehmet C. Tarhan, Eric F. Lartigau, Fabrizio Cleri, Hiroyuki Fujita et Dominique Collard. 
Nature microsystems & nanoengineering, le 5 décembre 2016. DOI : doi:10.1038/micronano.2016.62 

En savoir plus, résumé de Dominique Collard

1 Il s’agit de la radiothérapie, une méthode de traitement utilisant des radiations pour détruire les cellules cancéreuses en épargnant les tissus sains périphériques.
2 LIMMS : Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems. IEMN : Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie.